Accueil > Régimes minceur > Petite histoire du régime depuis l’Antiquité

Petite histoire du régime depuis l’Antiquité

Petite histoire du régime

Le culte de la minceur s’est imposé depuis le début du siècle dernier, en particulier depuis les années 60. Mais être mince a cependant toujours préoccupé les hommes et les femmes depuis l’Antiquité.

À l’Antiquité

Pendant l’Antiquité, être rond était un signe de richesse chez les hommes et de beauté chez les femmes. Mais les personnes obèses se trouvaient accusées de paresse. Conseils et prescriptions diverses étaient alors donnés aux personnes de forte corpulence, que nous pouvons considérer comme les origines du régime. Les médecins grecs et romains axaient leurs conseils autour de la nutrition et de l’activité physique. Au Vè siècle avant l’ère chrétienne, Hippocrate conseillait déjà aux obèses de faire de l’exercice et des « travaux de force » avant les repas, de se rassasier avec très peu de nourriture en consommant des plats riches en graisse et très caloriques et de ne manger qu’une fois par jour.

De manière a priori farfelue, les médecins antiques préconisaient à leurs patients obèses la nudité aussi souvent que possible. Il leur recommandait de dormir sur des lits durs et de ne pas prendre de bain ! Au IIe siècle, le médecin romain, Soranus d’Éphèse, préconisait le maximum de dépenses calorifiques. Sa méthode consistait à dormir le moins possible, à voyager, faire de l’exercice, manger une fois par jour beaucoup des légumes et de la viande séchée et enfin, user de laxatifs et de vomitifs si nécessaire.

Du Moyen-âge au XIXe siècle

De l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen-âge, les conseils et les prescriptions préconisées pour combattre le surplus pondéral des sujets obèses n’évoluèrent guère. Au début de l’ère médiéval, où science et religion s’entremêlaient, les personnes obèses étaient vues comme des pêcheurs, paresseux, gourmands et s’adonnant à la luxure. Il faut attendre le XVe siècle pour constater certaines évolutions notamment l’apparition de la notion d’équilibre alimentaire. Équilibre entre apports et dépenses. Cependant, nous sommes encore qu’aux balbutiements de la nutrition et bon nombre de régimes furent pour le moins peu recommandables.

Quelques prescriptions de médecins célèbres ont marqué le XVIIIe siècle. Le docteur anglais Thomas Short disait à ces patients obèses d’éviter les pays pluvieux ou aux reliefs plats. De même, il ne recommandait pas les passions amoureuses et prescrivait volontiers des laxatifs. Le français Antoine Petit,vantait lui les mérites d’un bain tous les huit jours pendant un quart d’heure au minimum, en se frottant avec de la flanelle. Au XIXe siècle, ces régimes farfelus subsistaient, notamment le régime sec du docteur Dancel qui se résumait à ceci : boire le moins possible !