Accueil > Régimes minceur > Ciblé > Tout sur le régime Pritikin

Tout sur le régime Pritikin

Régime Pritikin

Axé sur la réduction de l’apport en gras et l’augmentation de la consommation des aliments riches en fibres, le régime Pritikin permet de perdre du poids tout en améliorant la santé. Zoom sur le régime Pritikin.

Le principe du régime Pritikin

Le régime Pritikin tire son nom de l’homme qui l’a mis au point : le docteur Nathan Pritikin. Alors qu’il avait à peine 41 ans, Pritikin avait les artères encombrées de cholestérol, ce qui lui a donné l’idée de mettre au point ce programme alimentaire dans les années 50. Selon lui, l’homme aurait un instinct qu’il appelle « fat instinct » ou instinct de gras qui le pousse à manger plus qu’il ne faut et à consommer du gras que l’organisme stocke par la suite. Afin de « déjouer » cet instinct, le Dr Pritikin propose aux personnes désireuses de perdre du poids de consommer le moins de gras et le plus de glucides complexes et de fibres possible.

Les aliments autorisés et interdits au cours du régime Pritikin

Pendant le régime, la consommation de légumes et de fruits est vivement encouragée. Cependant, il ne faut pas manger plus d’un demi avocat par jour. Sont également permis les haricots secs, les noix et les graines, les lentilles, les céréales entières, les fines herbes et épices, les viandes et volailles maigres ainsi que les produits laitiers à 0% et le blanc d’œuf. Les huiles végétales, l’alcool, le sel, les condiments et les sucres raffinés sont autorisés mais à une très faible proportion. En revanche, les huiles tropicales, les viandes grasses, les noix de coco, les fritures, la mayonnaise, le chocolat, le beurre, la margarine et les produits laitiers à 1% sont à bannir du régime.

Les avantages et inconvénients du régime Pritikin

Comme les aliments consommés au cours du régime Pritikin sont riches en glucides complexes et en fibre, ils procurent une sensation de satiété rapidement. De plus, ce régime ne permet pas seulement de perdre du poids, mais aussi et surtout de prévenir les maladies cardiovasculaires, de contrôler le diabète de type 2, d’atténuer la douleur causée par l’arthrite et de réduire les risques de cancer. Cependant, il y a le revers de la médaille : l’apport insuffisant en gras alimentaire peut entraîner des carences, d’autant plus que les vitamines liposolubles (A, D, E et K) sont moins absorbées par l’organisme en l’absence de lipide. Par ailleurs, quand on supprime le gras de l’alimentation, les plats peuvent s’avérer secs et moins appétissants, ce qui peut causer une frustration à la longue.