Accueil > Les compléments alimentaires > Régime minceur : des substances retirées du marché

Régime minceur : des substances retirées du marché

Régime minceur

Pour lutter contre les abus et les détournements de substances pharmaceutiques vers des objectifs minceur, l’Agence nationale de sécurité du médicament a décidé d’interdire la mise sur le marché de certains « produits minceur ».

Les plantes et les substances dans les régimes

L’Agence nationale de sécurité du médicament a récemment publié une liste de produits minceur considérés désormais illégaux. Au terme d’une année de recherche, l’ANSM a effet constaté les divers abus du secteur pharmaceutique, non seulement dans la composition de divers cachets et autres potions amaigrissantes, mais aussi dans l’usage détourné de certaines molécules actives. L’interdiction vise également les substances qui envahissent le marché, dont l’inefficacité est démontrée.

Trois plantes ont ainsi été frappées par la sentence, le fruit vert du « Citrus aurantium », le "Garcinia cambodgia " et les substances issues dues "Hoodia gordonii". D’autres médicaments, initialement prévus contre certaines pathologies précises seront bientôt prohibés notamment, le clenbutérol, le liraglutide ou encore le méprobamate, respectivement destinés à l’origine comme anabolisant animal, antidiabétique et anxiolytique. Parmi les 26 molécules qui seront bientôt retirées du marché des produits minceur figurent encore le clonazépam, le synéphrine, le metformine, ou encore le topiramate.

Des produits non adaptés aux régimes

L’Agence nationale de sécurité du médicament a mis sur sa plateforme Internet, ansm.sante.fr/, la liste de ces substances supposées aider les personnes en surpoids. Cependant, il est précisé que certains de ces produits, dont l’utilisation est dangereuse sinon inutile dans le but de maigrir, restent prescriptibles pour leur usage légalement reconnu. En effet, les médicaments disposant de l’autorisation de mise sur le marché ou AMA, qui ont été détourné pour un régime minceur, sans aucune disposition préalable doivent désormais uniquement servir à leur but initialement recommandé.

Ainsi, certaines molécules, interdites pour toute prescription minceur peuvent-elles être légalement administrées, souligne l’ANSM. Sont cités, le topirate, contre les cas d’épilepsie, le metformine contre le diabète, le fluoxétine et l’imipramine pour soigner la dépression. Les patients de moins de 12 ans, les personnes souffrant de dénutrition ainsi que celles présentant des problèmes de déglutition peuvent ainsi bénéficier de ces produits dans le cadre de leur traitement. L’ANSM n’a pas manqué de rappeler à l’occasion de la publication de cette liste que les produits et autres potions commercialisés dans le cadre d’un régime minceur doivent être rigoureusement encadrés.